L'outil La recherche vous réussit-elle?

Découvrez comment faire en sorte que la recherche vous réussisse

IsResearchWorkingForYou.jpg

Bien que nous entendions beaucoup parler d'application des données probantes à la pratique, en réalité, il s'agit d'un processus complexe qui exige, selon la discipline, différentes approches, croyances et valeurs et divers points de vue sur le monde.[1] Afin d'améliorer la capacité de leur organisme à prendre des décisions d'après des données probantes, trois bureaux de santé de l'Ontario ont pu essayer un outil - « La recherche vous réussit-elle? » - dans le cadre d'un projet du programme des Partenariats pour l'amélioration du système de santé, en collaboration avec Health Evidence™, à l'Université McMaster. L'outil, conçu par l'ancienne Fondation canadienne de la recherche sur les services de santé (FCRSS), appelée maintenant Fondation canadienne pour l'amélioration des soins de santé (FCASS), recourt à l'auto-évaluation pour aider les organismes à comprendre leur capacité à utiliser les travaux de recherche. Quatre consultants du Bureau de santé de Toronto, dont Julie Charlebois, une consultante en promotion de la santé, faisaient partie de l'équipe de projet.

Le Bureau de santé de Toronto a examiné tout l'outil, consacrant 1,5 heure à discuter de manière structurée de tous les aspects de la prise de décisions fondée sur des données probantes : acquérir, évaluer, adapter et appliquer. L'outil permet aux organismes de cerner les faiblesses de leur processus décisionnel et de découvrir les fonctions et les compétences de collègues d'autres services. Il peut s'avérer très utile lorsqu'il s'agit de mettre au point des stratégies d'application des connaissances.

Selon Mme Charlebois, l'outil est vraiment complet. « Nous nous serions assis et aurions parlé de la manière de réunir et d'utiliser les données probantes que, selon moi, nous n'aurions pu tenir un débat aussi complet que nous l'avons fait en utilisant l'outil. », précise-t-elle. Les travaux de recherche exécutés appuient le fait que la discussion est essentielle à la réussite et qu'elle revêt parfois encore plus d'importance que le classement qui en résulte.[2] [3]

La FCASS est à revoir l'outil afin d'éliminer certaines des limites que des utilisateurs ont cernées, y compris l'emploi de jargon et le temps requis pour terminer l'exercice. La version révisée permettrait aussi l'expression de différentes réponses, de points de vue individuels aussi bien qu'organisationnels.

D'après Maria Judd, directrice principale de l'innovation et du développement à la FCASS, le pouvoir de l'outil réside dans la structuration d'un processus de discussion et dans l'autoréflexion pour un organisme, qui doit se demander : disposons-nous des ressources humaines et structurelles appropriées pour soutenir le recours aux travaux de recherche dans la prise de décisions? 

 


 

[1] Speller V, Wimbush E, Morgan A (2005). Evidence-based health promotion practice: how to make it work, Promotion & Education, mars 2005, 12: 15-20, [cité le 15 avril 2013], en ligne à l'adresse : http://ped.sagepub.com/content/12/1_suppl/15.full.pdf+html

[2] Kothari A, Edwards N, Hamel N, Judd M (2009). Is Research Working for You? Validating a tool to examine the capacity of health organizations to use research, Implementation Science 2009, 4:46, [cité le 15 avril 2013], en ligne à l'adresse : http://www.implementationscience.com/content/4/1/46

[3] Thornhill J, Judd M, Clements D (2009). CHSRF Knowledge Transfer: (Re)Introducing the Self-Assessment Tool That Is Helping Decision-Makers Assess Their Organization's Capacity to Use Research. Healthcare Quarterly, 12(1), janvier 2009, [cité le 16 mai 2013], en ligne à l'adresse : http://www.longwoods.com/content/20410

 

 

Lisez le sommaire!

Plus témoignages